Metro New Yorkais

Ombres et lumières du métro New-yorkais.

De stations en stations et de lignes en lignes, cette série est le résultat du travail de l’œil du photographe perdu dans les méandres du métro de l’une des plus grandes métropoles mondiales.

Cette série de photographies sur le métro de New York fait suite à mon précédent travail sur ​​le métro Parisien.

Quand on rentre pour la première fois dans le métro de New York, on est instantanément happé, englouti dans la masse des voyageurs. Il faut s’arrêter un instant, contre le flux incessant des passagers du réseau…

Prendre le temps de réaliser, de comprendre. Sur un même quai plusieurs lignes différentes peuvent passer, pour différentes directions ou différents arrêts dans une même direction…

On pourrait facilement s’y perdre, intentionnellement ou non, mais c’est aussi un incroyable spectacle, de l’effervescence des stations de transit, au désert des rames de fin de ligne, c’est un univers complet.

Le métro de New York est représentatif de la ville, c’est un condensé de variété.

On y retrouve le mélange des 5 boroughs new-yorkais. Du Bronx à Manhattan, c’est un immense meltingpot qui ne s’arrête jamais. C’est 4,5 millions d’êtres-humains sur 1355 km de rails repartis sur 369 stations, de jour comme de nuit, à l’image de cette ville qui ne dort jamais.

C’est un flux permanent d’individus qui se déplacent sans bouger, des foules entières, compactée, immobile dans les rames métalliques, qui parcourent des kilomètres de rails, survolent l’East River, voyagent des heures entières ou seulement quelques minutes dans les artères de la ville.

Ils prennent parfois, au milieu du tumulte des machines et des annonces des chauffeurs, un instant de répit dans les pages d’un livre, dans les playlist de leur smartphones ou dans quelques minutes de sommeil. Ils se créent une bulle de calme dans l’agitation permanente. Avec un temps de trajet souvent long, chacun trouve comment occuper ces longs kilomètres qui les séparent de leur point de chute. Dans les tunnels sombres, le temps s’arrête, seul les trains continuent de courir.

Cette série de photographie noir et blanc a été entièrement réalisée au 35mm dans le Métro New-yorkais. J’ai souhaité retransmettre l’ambiance propre au dédale de tunnel que j’ai parcouru, entre les stations à ciel ouvert, les ponts et les lignes aériennes. C’est sur ce réseau qu’on été prises toute ces photos et c’est de ça qu’elles parlent, du Métro et de ceux qui le prennent…